La bande dessinée qui retrace l'histoire des techniques pour éclairer l'avenir

Le conservatoire qui rebranche sur le NET ce que l’histoire a laissé derrière elle

Accueil / Accueil / Reproducteur son membrane Pathe
38/223

Reproducteur son membrane Pathe

diaporama Montrer les méta-données du fichier
Reproducteur_son_membrane_Pathe.JPG

Reproducteur son membrane Pathé concert.
Associé au disque et au gramophone : Invention de M. Emile Berliner en 1886 pour remplacer les cylindres de cire lus par les phonographes (inventés par Thomas Edison) et dont la reproduction était difficilement industrialisable.
C'est presque une maquette de l'oreille humaine utilisée à l'envers.
L'oreille humaine comprend :
-le pavillon collecteur d'ondes acoustiques et adaptateur d'impédance acoustique.
-Le tympan : membrane mise en vibration par les sons captés par le pavillon.
-Les os : marteau, enclume, étrier sont les transmetteurs de vibrations vers les parties sensorielles de la cochlée remplie de cellules ciliées.
La description du reproducteur sera celle de l'oreille prise dans le sens inverse.
Les vibrations du son enregistré sont collectées par une aiguille très dure : Saphir terminé par une une pointe sphérique (remplacée éventuellement par une micro-bille en tungstène);
L'avantage du saphir est qu'il peut être poli et grâce à sa pointe sphérique on peut espérer ne pas user le disque et la pointe de lecture. Les pointes en acier étaient prévues pour un usage unique et l'optimum était obtenu avec des aiguilles en bambou....
A noter que comme il n'y a pas d'amplification, toute l'énergie sonore doit venir des mouvements de l'aiguille d'où des sillons de grandes dimensions et une force de pression dépassant 100 grammes...
Le sillon était fort large d'où des durées d'enregistrement limitées à un morceau de quelques mn. Le microsillon 33 tours LP stéréophonique a porté la durée par face jusqu'à 30 mn.
Ne pas remplacer le saphir par une aiguille en acier pour disques microsillons qui est beaucoup plus agressive et qui usera rapidement la gravure...
Les vibrations captées par le saphir sont ensuite transmises au diaphragme par un équipage mobile oscillant.
A noter que les pièces utilisées sont en métal massif et ont beaucoup d'inertie, ce qui est encore un facteur aggravant qui réduit la bande passante vers les aiguës. L'oreille humaine utilise des os creux beaucoup moins lourds, ce qui explique la bande passante jusqu'à 20 kHz. Les têtes de lectures récentes pour disque microsillons ont été depuis très bien optimisées pour la réduction de la masse.
- La membrane souple ou diaphragme est en mica qui était un matériau déjà très utilisé vers 1900 pour un grand nombre d'applications de physique et dans l'industrie.
Le mica est un matériau naturel que l'on retrouve dans les roches métamorphiques telles que le granite. C'est un silicate d'aluminum et de potassium.
On en trouve notamment en nouvelle Calédonie et en Inde.
Le mica est un matériau réfractaire : On en faisait des fenêtres de poêles à charbon, c'est l'ancêtre naturel du vitroceram
Le mica est un excellent isolant électrique : Il a été utilisé pour isoler les différentes électrodes dans les tubes électroniques à vide ; il ne dégradait pas le vide par différentes désorptions thermiques et il se travaille facilement avec des lames. iI n'a été supplanté que par l'alumine qui est très difficile à travailler.
On l'a beaucoup utilisé pour l'isolement des transistors de puissance à boitier métallique.
On l'utilise toujours pour les moteurs électriques et les câbles à haut isolement électrique et devant résister aux hautes températures.
Le mica est utilisé dans les grille-pain, les sèche-cheveux etc. et il maintient en forme le fil chauffant.
Le mica est facile à travailler. Il est clivable : séparable en feuilles fines. On ajuste facilement son épaisseur. Les reproducteurs utilisent une épaisseur d'environ 1/10 mm.
Le mica est peu dense : Il opposera peu d'inertie aux faibles vibrations.
Le mica est naturellement amorti : Cela lui permettra de ne pas présenter de résonances et ainsi de ne pas colorer le son. Caractéristique précieuse pour tout organe de reproduction du son et que n'a pas le pavillon en tôles de laiton.
Le mica est soudable : L'argent adhère au mica ce qui permet une liaison mécanique fiable avec l'équipage mobile de l'aiguille. A noter que le mica est un excellent diélectrique qui lui a permis d'entrer dans la fabrication de condensateurs de qualité étalon et aussi qui sont toujours appréciés dans les émetteurs haute fréquence de puissance.
Concurrent du mica : Feuille d'aluminium avec un effet de coloration par résonances ou feuille de verre avec le même effet.
Pour éviter l'absorption du son par le support du diaphragme, il lui faut être monté sur un joint souple le moins absorbant possible et le plus élastique possible. On a pu se contenter au début de caoutchouc.
Les disques avant d'être en vinyle ont d'abord été obtenus par moulage d'un mélange de gomme laque et de poudre d'ardoise pulvérisée d'où un bruit de surface important.
Le couplage acoustique du diaphragme au pavillon diffuseur se fait par un tube acoustique en métal.

Auteur Ph. Maliet
Créée le Vendredi 19 Août 2016
Ajoutée le Samedi 20 Août 2016
Dimensions 951*768
Fichier Reproducteur_son_membrane_Pathe.JPG
Poids 179 Ko
Tags lecture, tube
Catégories
Visites 2498
Note moyenne pas de note
Votez pour cette image : | | | | |

[0] Commentaires des utilisateurs